Symposium Santé et Spiritualité – Lausanne, 17 – 19 octobre 2018

(Article initialement publié le  30 octobre 2018, par Elena Martinez (Décanat FBM) (Article intégral par ici !))

 

« Une soirée publique le 17 octobre 2018, animée par le Dr Betrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue médicale suisse, a marqué l’ouverture du symposium en donnant la parole aux patient-e-s. Les interventions du Doyen de la FBM Jean-Daniel Tissot, de la Directrice adjointe des soins Françoise Ninane et du Directeur général adjoint du CHUV Oliver Peters, ainsi que celle du Directeur de la Fondation Leenaards Peter Brey, ont permis de confirmer les jalons institutionnels qui soutiennent la démarche de la Plateforme MS3.
Au programme des deux journées scientifiques qui ont suivi: des conférences présentant un état des lieux de la littérature sur la question du « spiritual care » et de nombreux ateliers portant sur la réalité du terrain et la pratique clinique. « Il est temps de montrer l’intérêt, pour les institutions de santé et les grandes disciplines du soin, de développer une tradition de recherche centrée sur l’intégration de spiritualité dans la prise en soin des patients » souligne DrTh. Etienne Rochat, responsable de la Plateforme MS3.

Trois aspects ont été particulièrement développés :

  • La professionnalisation du métier de l’accompagnant spirituel, qui devient un acteur à part entière du système de soin et non plus seulement un représentant des Eglises, avec son lot de questions en termes de formation et de compétences à acquérir et démontrer ;
  • La notion même de « spiritual care » a été discutée, tantôt en mettant l’accent sur sa dimension transverse à toutes les professions soignantes, tantôt en soulignant une spécificité qui implique une prise en charge par des spécialistes du spirituel ;
  • La collaboration entre les différents professionnels de la santé autour de la dimension spirituelle des patients a été préconisée, dans un esprit d’interprofessionnalité, visant à dépasser toute éventuelle guerre de territoire.

Les trois jours de symposium ont été riches en réflexions et en échanges, empreints d’ouverture et d’amitié. Ils se sont clos sur une préoccupation commune: le soin à la personne. Comme l’ont conclu Prof. Dominique Jacquemin et Serena Buchter, responsables du réseau RESSPIR: « Il y aura un avant et un après Lausanne 2018 ».

 

Les animateurs d’ateliers, une trentaine, dont de nombreux venus de toute la francophonie (Belgique, France, Québec) ont pu présenter différentes pratiques intégrant la dimension spirituelle du prendre soin lors de pas moins de 21 ateliers montrant la richesse et la diversité des modèles d’intégration sous-jacents.

Pour voir la liste exhaustive des ateliers ici.

Pour savoir ce que les participants ont retenu du colloque, cliquez ici et accédez à la synthèse !

Deux émissions radio en lien avec le colloque ont été diffusées sur RTS :